Deux regards, une vision.
Rencontrons nous !

Deux regards, une vision.

Josiane Meyer

Les Twins, Arnaud & Nelson Sasso, m’exposent leur méthode de management relationnel fondée sur l’intelligence émotionnelle. Domiciliés dans les hauteurs de Vevey, les 2 jumeaux de 32 ans me reçoivent dans leur univers.

 

Deux âmes à part entière


La gémellité d’Arnaud et de Nelson n’est pas synonyme de relations fusionnelles, exclusives. Chacun possède en effet ses moments d’indépendance et son propre système de pensée. « Nous étions deux âmes à part entière, synchronisées dans le ventre de notre maman, d’où nos mêmes goûts. Nous n’étions pas nommés les jumeaux, mais bien Nelson et Arnaud. Nous sommes partenaires de vie, mais chacun à son univers. Aimant nous affirmer et nous lancer des défis, nous sommes la référence l’un pour l’autre », me dit Nelson, l’aîné de 9 minutes. Ils en rient tous les deux, car ils ont le même humour.
Et Arnaud de rajouter: « Dans l’ensemble, nous sommes complémentaires et nous allons dans le même sens.
Chaque idée émise par l’un; musique, vin, sport… est validée par l’autre. Il n’y a pas de dominé-dominant dans notre relation. Par chance, nous n’avons pas les mêmes goûts en matière de filles. Cela dit, personne ne s’interpose entre nous, car nous sommes UN. »

Le management relationel


Entrepreneurs et ensemble, ils créent selon leurs parcours et expériences professionnelles, une méthode à succès fondée sur le management relationnel lié à l’intelligence émotionnelle.
Je veux savoir à quelle clientèle ce type de management est destiné. Arnaud me répond : « Nous la proposons aux actuels et futurs managers de tous types de corps de métiers, afin de leur permettre de créer une synergie de groupe, car au final, nous nous intéressons à « l’humain », au cœur de tous ces systèmes. J’apprends que les jumeaux rédigent un guide pratique et synthétique qui recense les points essentiels de leur méthode.
Des exemples comme la valorisation, la communication ou encore l’intelligence collective, y sont proposés. En présentiel, des jeux de rôles de mise en situation émotionnelle, sont mis en scènes pour susciter une prise de conscience auprès du manager. Rejouée et adaptée, cette situation va évoluer vers l’objectif visé. Un suivi est proposé à la clientèle pour vérifier la déprogrammation d’anciens schémas aux profits de nouveaux mis en place par Arnaud et Nelson.


Changement de microcosme


Les lieux atypiques choisis, tels que châteaux ou domaines viticoles apportent un sentiment positif lors des formations. Les Twins constatent rapidement que c’est tout le microcosme de l’entreprise qui change de manière bénéfique. Il y a moins d’absentéisme ou de turn-over dans les entreprises. Le personnel s’implique davantage, a un meilleur relationnel et de meilleurs résultats économiques et financiers…. Nelson me confie: « Sur le plan personnel, nous éprouvons de la gratitude et pouvoir partager cette force, nous rend heureux. »


Un réseau international d’entrepreneurs


Comme nos deux jumeaux sont des entrepreneurs dans l’âme, cela ne m’étonne pas qu’ils aient intégré à l’époque un tel réseau, le BNI. Présents au sein du Chapter Riviera de Montreux, les deux jumeaux représentant l’entreprise Twins Vision ont pris les rênes de la Direction de ce réseau d’entrepreneurs en date du 1er octobre 2021. La passation s’est faite lors du dîner gala du BNI le 30 septembre dernier. Nelson et Arnaud sont très fiers, car ils me confirment: « Le bonus que l’on peut apporter avec dynamisme à ce réseau d’entrepreneurs bienveillants, c’est de mettre à profit notre vision du relationnel. Même si cela demande du temps et de l’investissement, nous nous y consacrerons avec plaisir et joie. »
Je demande le mot de la fin à mes interviewés qui me répondent joyeusement:« Impacter le maximum de gens dans le bon sens afin de comprendre qu’il y a des solutions où tout le monde y gagne! ».

Publié   21. March 2022

Arnaud Sasso

Co-Founder & Consultant


Dans 2 esprits

Autre blogs Twins Vision

3. Nov 2021

Le pouvoir de la projection

14. Jun 2021

Ma famille du travail

23. Mar 2021

Et si demander était la solution?