La Rédaction
Rencontrons nous !

La Rédaction

La peur du changement signifie que l'on considère celui-ci comme négatif et déstabilisant.

 

Le 17 avril dernier,« le Centre patronal suscite la controverse en appelant à «éviter de s’habituer» au retour à un air pur et à «une vie simple». »1

 Le quotidien suisse, Le Temps, s’est emparé de ce sujet jugé  polémique avec comme titre : « La phrase  "insidieuse" du patronat qui embrase la Toile »

Suite aux réactions concernant ce message du Centre patronal, il est possible d’imaginer trois catégories de travailleurs:

  •  Les travailleurs qui espèrent de tout cœur que tout redeviendra comme avant et que l’économie reprendra de plus belle à l’identique, pouvant ainsi retrouver un rythme et une activité physique et mentale;
  • Ceux pour qui cette pandémie aura simplement été une parenthèse dans leur vie quotidienne et s’adapteront à la suite, peut importe s’il y a des changements ou pas;
  • Et finalement, ceux qui ont réalisé à quel point nous étions allés trop loin dans notre façon de consommer, que notre façon de vivre se faisait à un rythme effréné, et qui ont pu, à travers cette « pause », retourner à des valeurs essentielles telle que prendre du temps pour soi, sa famille, et espérer un changement et une prise de conscience.

 

Si votre entreprise est composée uniquement de travailleurs de la première catégorie, voire de la deuxième, avec des employés n’attendant qu’une chose: retourner au boulot et faire des heures supplémentaires afin de rattraper le retard, estimez-vous heureux !

Cependant, en vue des vives réactions suscitées suite à la publication du Centre patronal, il est à constater qu’il y a une forte probabilité qu’un grand nombre de travailleurs fassent partie de la dernière catégorie. Certes, il faudra retourner au travail mais dans quelles conditions et dans quel état d’esprit ? 

Après ces longues semaines, certains ont pu se reposer à la maison, profiter de la terrasse et du jardin, nettoyer, classer et ranger tout ce que nous n’avions pas eu le temps de faire jusque-là, passer du temps en famille, autrement, sans rentrer tard, énervé et stressé après une journée de travail bien remplie, ou simplement prendre du temps pour soi et se relaxer. Pour eux, le retour à la réalité aura peut-être un goût de retour de vacances.

Mais si d’autres personnes ont été autant scandalisées par le message du Centre patronal, c’est qu’elles sont conscientes que nous avons franchi certaines limites et ne pouvons plus continuer aveuglément dans cette direction. Que ce soit au niveau économique, écologique ou encore au niveau de la qualité de vie et du travail, il faut un changement. Ainsi, le fait que le Centre patronal lui-même affiche ce genre de discours peut effectivement inquiéter et créer un fort désaccord chez certains.

Avant la pandémie, la balance work/life  était déjà en train de se modifier et pencher d’avantage du côté life, c’est-à-dire que nous accordons plus de valeur au temps libre qu’à notre travail, le désignant ainsi comme étant pour la plupart alimentaire. 

Y a-t-il une constatation importante à faire et un enseignement à en tirer pour l’amélioration du futur? Quelles seraient aujourd’hui les solutions concernant le monde du travail pour pouvoir donner une nouvelle dynamique, avec des changements bénéfiques, et ainsi redonner l’envie de travailler? Est-ce que cette « pause virale » serait en quelque sorte un arrêt obligatoire, durant laquelle l’occasion nous serait donnée de se poser, analyser la situation, dans le but de la réadapter et nous diriger vers un avenir meilleur?

 

Chez Twins Vision, nous partons du principe que chaque événement n’est pas le fruit du hasard et amène à une réflexion instructive.

Qu’on le veuille ou non, il y a, à l’heure actuelle, un changement de paradigme et il doit y avoir une prise de conscience globale sur notre façon de faire actuelle. De manière générale et selon les témoignages, il y a trop de stress, trop de burnouts et trop de dépression qui peuvent même mener au cancer et diverses maladies.

Avec des outils tels que le management de l’intelligence collective, l’organisation productive, et d’autres encore proposés dans la Méthode Twins Vision, il est tout à fait possible d’augmenter l’engagement, la motivation et la performance des travailleurs, tout en offrant une qualité de vie meilleure, une diminution du stress et de ses conséquences négatives qui en découlent. 

Mesdames et Messieurs, ce virus ne nous a pas laissé le choix: nous arrêter et suspendre partiellement notre économie, l’espace d’un instant. Mais il est fort possible qu’il nous ait ouvert les yeux sur une nouvelle ère dans laquelle des changements sont nécessaires, dans laquelle bonheur et travail peuvent faire la paire, et notre temps libre - auquel nous avons peut-être pris goût lors de ce confinement- se verra augmenté. 

Pour terminer, nous remercions et envoyons le maximum d’énergie à toutes ces personnes qui en ce moment se dévouent corps et âmes pour sauver des vies. C’est beau de voir à quel point l’être humain se montre solidaire et engagé à 200% quand il s’agit d’une juste et noble cause comme sauver son prochain, et ce peu importe la fatigue et le nombre d’heures.

Parce que nous aurons toujours besoin de compter les uns sur les autres, prenons soins de nous.

 

Twins Vision


1 sous-tribune de l’article dans Le Temps, consultable sur: 

https://www.letemps.ch/economie/phrase-insidieuse-patronat-embrase-toile?utm_source=facebook&utm_medium=share&utm_campaign=article



Publié   2. April 2020

Arnaud Sasso

Co-Founder & Consultant


Dans 2 esprits

Autre blogs Twins Vision

21. Mar 2022

Deux regards, une vision.

3. Nov 2021

Le pouvoir de la projection

14. Jun 2021

Ma famille du travail